Histoire de l’association

Image de bordure du haut de page

Découvrez l'histoire de l'association

Du Foyer Rural à Pont d’Ouilly Loisirs, un beau chemin parcouru !

De 1982 à 1989

L’association a été créée grâce à la volonté de quelques habitants de Pont-d’Ouilly de faire bouger leur bassin de vie. Après quelques mois et quelques réunions, c’est Michel Vaudorne qui prend l’initiative de fonder une nouvelle association début 1982. Il en devient le premier président.

Suite à la rencontre avec Michel Ainée, alors président de la Fédération Départementale des Foyers Ruraux du Calvados, l’association prend le nom de Foyer Rural de Pont-d’Ouilly (F.R.P.O.) et opte pour son affiliation à la Fédération Nationale des Foyers Ruraux (F.N.F.R.) et à la Fédération Nationale des Sports en Milieu Rural (F.N.S.M.R.).

L’association se fixe comme buts essentiels de dynamiser la vie sportive et culturelle de la commune de Pont-d’Ouilly et de ses proches alentours avec l’idée dominante de permettre aux jeunes du territoire d’occuper leurs temps de loisirs sainement.

Le Foyer Rural est déclaré en Préfecture du Calvados le 11 mai 1982.

Au départ, le projet de l’association est assez flou et très général puisque les problématiques qu’elle souhaite traiter sont vastes.

A l’initiative d’Alain Thomas, alors Maire de la commune de Pont-d’Ouilly, la municipalité met à disposition une petite maison située rue du stade, en bordure du Noireau. Pour l’anecdote, cette maison avait été construite à l’origine comme annexe du Centre de Pleine Nature Lionel Terray de Clécy et était inoccupée depuis quelques années.

La municipalité autorise également l’utilisation du bloc sanitaire du camping implanté à quelques dizaines de mètres.

L’association bénéficie alors de cette petite maison dans laquelle se trouvait de vieilles embarcations (1 canoë biplace, 1 canoë monoplace et 4 kayaks monoplaces, tous en fibre de verre). Sa situation est très intéressante : à la sortie du village, mais proche du centre et de ses structures, en bordure de rivière et à proximité immédiate du camping municipal et des terrains sportifs communaux.

Ce lieu devient donc les locaux du Foyer Rural.

A travers ce premier équipement, l’idée de développer ce sport nautique est vite retenue puisque l’environnement de la commune est propice à la pratique de cette activité avec la présence du fleuve Orne et de la rivière Noireau sur place, et de la Rouvre et des gorges de Saint Aubert sur l’Orne à proximité.

Très rapidement, Michel Vaudorne se rapproche des services de la Jeunesse et Sports afin de présenter l’association, ses objectifs et ses projets et de recruter un animateur sportif.

La chance a permis à l’association de recruter Patrice Volard, animateur passionné par le canoë-kayak, âgé alors de 23 ans, éducateur sportif diplômé, membre du Canoë Club Caennais et spécialisé dans le kayak-polo, discipline naissante en France.

Son embauche s’est réalisée au sein du Foyer Rural en mars 1982, via un contrat aidé appelé «jeune volontaire». Cette embauche a été capitale dans l’essor de l’association.

L’arrivée de cet animateur professionnel permet de lancer et de développer la première activité : Le canoë-kayak.

Des séances d’initiation puis de perfectionnement sont mises en place les mercredis et samedis après-midi et un soir en semaine à destination de la population locale ; par ailleurs, des sorties sont organisées le week-end. En parallèle, des séances encadrées sont proposées à des groupes extérieurs (associations, établissements scolaires, instituts de formation, etc.), générant ainsi quelques recettes non négligeables pour la trésorerie naissante de l’association.

Pont-d’Ouilly se fait un nom dans le paysage sportif normand et s’affirme rapidement comme une place forte du canoë-kayak régional.

Très vite, les locaux montrent leurs limites (trop exigus, pas de sanitaires, peu de rangement …). L’association décide alors d’installer un préfabriqué d’occasion, les finances ne permettant pas d’envisager d’investir différemment. L’opportunité d’acquérir l’ancien foyer du lycée de Condé sur Noireau se présente et les dirigeants du Foyer Rural la saisisse.

Pour la petite histoire, ce bâtiment a subi un début d’incendie suite à l’implosion d’un téléviseur … et les murs intérieurs sont couverts de suie ! Mais cela n’arrête pas Michel Vaudorne et sa bande. Quatre ou cinq week-ends de démontage et autant pour le remontage ont eu le grand mérite de souder l’équipe de courageux bénévoles. Une sacrée belle aventure !

Le bâtiment n’est pas des plus modernes mais il donne de l’espace et rend bien des services pendant quelques années. Grâce à ce nouvel équipement, la petite maison initialement utilisée comme club de canoë-kayak devient une halte randonneurs, communément appelée « petit gîte ».

La mise en place de cette petite structure d’hébergement, très rudimentaire il faut bien le reconnaître (un dortoir avec 10 lits superposés, une cuisine minuscule et une petite salle à manger … mais toujours pas d’autres sanitaires que ceux du camping attenant), permet de constater qu’il y a une réelle demande dans ce domaine d’hébergement de groupes.

Ce constat aura des conséquences importantes dans l’avenir de l’association.

Très rapidement, l’activité canoë-kayak prend de l’ampleur. Une section est créée au sein du Foyer Rural dès 1983, ceci afin de faciliter la gestion de l’activité et de lui permettre une plus grande autonomie et des perspectives de développement.

Michel Roger, son premier Président, ne ménage pas ses efforts et la section se structure vite et bien.

Elle s’affilie la même année à la F.F.C.K. (Fédération Française de Canoë-Kayak). De nouveaux kayaks sont construits d’abord dans une salle préfabriquée de l’école municipale mise gratuitement à disposition, puis dans les actuels locaux de CapAventure de Clécy et enfin dans un bâtiment désaffecté de l’ancienne usine de Saint Christophe sur la commune voisine de Pierrefitte en Cinglais.

Le club participe à différentes compétions de slalom, de descente et de kayak polo et se trouve vite remarqué au niveau régional puis national. Il s’inscrit totalement dans la logique fédérale et participe au bon fonctionnement du Comité Départemental du Calvados, du Comité Régional de Normandie et de la Fédération, principalement au sein de la commission nationale de kayak polo.

En 1984, soit 2 ans seulement après la création du Foyer Rural, l’équipe masculine de kayak-polo remporte la Coupe de France de kayak polo à Saint Pierre de Boeuf (Loire). Le début d’une longue aventure sportive et humaine commence ! Elle marquera sans aucun doute l’histoire de l’association.

Cette même année, le Foyer Rural reçoit l’agrément Jeunesse et Sports.

Le Foyer Rural grandit et de nouvelles activités à destination de la population locale s’ajoutent au fils du temps comme la randonnée pédestre, le tennis de table, la photo, la bibliothèque, la gymnastique volontaire ou encore le cinéma, pour ne citer que quelques exemples. Les activités sont proposées, gérées et animées par des adhérents bénévoles en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs compétences. C’est donc sur une forte valeur de partage que l’association se construit peu à peu, chacun donnant un peu de soi, de son temps et de son énergie.

Autre axe fort porté par les dirigeants avec le fait de développer des prestations touristiques et donc commerciales au service du développement purement associatif et donc des adhérents du Foyer Rural et donc de la population locale.

Il est important de souligner que cet esprit fondamental a toujours guidé l’association et qu’il est toujours d’actualité de nos jours. Il a même été renforcé à travers entre autres les divers projets associatifs élaborés et les actions mises en place. On en reparlera ….

Toujours en parallèle, l’association développe ses prestations sportives encadrées destinées à des groupes extérieurs. La demande est bien là, mais l’offre de loisirs est insuffisante et les possibilités d’hébergement font défaut. Les dirigeants en ont bien conscience et mettent alors en place un camping pour groupes en bordure du Noireau et sur une bande d’environ 10 mètres derrière le terrain de football, juste avant le champ alors cultivé en maïs.

Officialisé par les services de la Jeunesse et sports, ce camping spécial groupes devient un P.A.J. (Point Accueil Jeunes).

Très vite, cet équipement sommaire trouve son public et connaît le succès, avec des limites liées à la météo qui entraînent de ne l’utiliser que d’avril à octobre dans le meilleur des cas. Le préfabriqué voit aussi son utilisation évoluer : une partie est consacrée au club de canoë-kayak pour les vestiaires et le rangement du petit matériel et deux pièces sont managées en hébergement collectif (dortoir avec 20 lits superposés et cuisine/salle) avec il faut bien le reconnaître, un confort des plus spartiates … La demande est bien présente et s’intensifie, prouvant la nécessité de creuser ce secteur. Par contre, il apparaît évident de ne pas rester sur cette solution ô combien précaire, au risque de mécontenter la clientèle et de la perdre !

Fort de ce constat, l’association se penche alors sur des solutions d’hébergement collectif plus adaptées à la demande. Après réflexion et rencontre bienvenue avec un étudiant en architecture travaillant sur la réhabilitation des friches industrielles, les dirigeants décident d’acquérir les bâtiments de l’ancienne usine de la Potiche située sur la commune de Pont-d’Ouilly, en bordure du Noireau, route de Pont-Erambourg.

Avec l’aide de la municipalité de Pont-d’Ouilly et de son maire visionnaire, Alain Thomas, une étude est engagée pour transformer l’existant en gîte collectif de 32 places.

Heureusement, le maire est convaincant et le bénévolat au sein de l’association joue à plein et transporte des montagnes ! Le projet est fédérateur et soude l’équipe, la convivialité est de rigueur ! Il est clair que ce projet sera bénéfique pour la structure sur le plan humain en terme d’ambiance entre adhérents. De plus, cet investissement a permis d’enclencher une réelle dynamique touristique. Il permettra d’accueillir des groupes toute l’année, de développer la pratique des sports de nature pour une clientèle extérieure, principalement d’avril à octobre et ainsi d’assurer des rentrées financières fondamentales au développement de l’association.

Le Foyer Rural décide alors de s’affiler aux Gîtes de France du Calvados, organisme reconnu facilitant la promotion et la commercialisation de différents types d’hébergement en milieu rural et le gîte de la Potiche est ainsi labellisé.

Le canoë-kayak continue son essor et Pont-d’Ouilly revendique légitimement le titre de « Capitale du canoë-kayak normand ».

Ses prestations touristiques sont reconnues et les résultats en kayak polo de ses équipes féminines, masculines et jeunes participent grandement à la notoriété du club et de la commune. Après quelques titres de champion de France en nationale 1 et divers succès dans des tournois internationaux renommés (France, Grande Bretagne, Belgique, Italie …), le club démontre sa capacité à faire partie du top niveau français et européen en kayak polo.

A tel point qu’en 1989, l’équipe masculine est retenue par la F.F.C.K. pour représenter la France en Australie dans un tournoi international à Sydney en janvier 1989, considéré comme le premier championnat du monde officieux de la discipline. Dix nations issues de quatre continents participent à cet événement. Aidée par le Foyer Rural, le club trouve les fonds pour qu’une tournée d’un mois en Australie puisse se dérouler. Une délégation de 10 personnes s’envole alors pour l’Australie (26 heures de vol !). Invaincue en Europe depuis trois ans, l’équipe rencontre ce qui se fait de mieux au monde dans cette discipline … et perd ses deux premiers matches à Melbourne face à des équipes de club australiens sur le score sans appel de 5 à 0 !

Les Ouillypontains ont trouvé leurs maîtres … Fort heureusement, ils digèrent peu à peu le décalage horaire, supportent de mieux l’humidité et les 40° ambiants, s’habituent aux kayaks qui leur sont prêtés (malheureusement trop onéreux d’emmener leurs propres kayaks) et finissent sur une meilleure note en prenant la 2ème place du tournoi majeur à Sydney, battus en finale 2 à 0 par l’équipe nationale d’Australie.

Cette tournée restera gravée à jamais dans la mémoire des joueurs mais aussi dans l’histoire du club et du Foyer Rural.

1990 à 2002

L’année 1990 est avant tout marquée par un changement important au sein de l’association.

En effet, Michel Vaudorne, fondateur et Président de l’association, cède sa place à Jean-Marc Plessard. Jean Marc fait partie du « canal historique » de l’association dont il en a été le vice-président.

Malgré son départ, Michel Vaudorne est toujours resté proche de l’association et a beaucoup de plaisir à la voir évoluer, toujours dans l’esprit qu’il a su insuffler. Sans aucun doute, il restera une personnalité marquante du Foyer Rural.

Au cours de cette année, la coopérative scolaire existante rejoint le Foyer Rural en devenant l’une de ses sections baptisée Animation et Aides aux Ecoles. Cette section a pour objectifs essentiels de fédérer les parents d’élèves, de créer du lien avec l’équipe enseignante, de contribuer à l’animation de la commune et de générer des recettes via ses actions pour les projets des écoles maternelle et primaire.