L’association « Pont d’Ouilly Loisirs » à été créée en 1982. Le projet politique de l’association a une dimension sociale forte. Il est avant tout un réel projet social de territoire.

Jean-Marc Plessard quitte Pont-d’Ouilly loisirs

Paru dans le Ouest-France

Ce samedi 26 juin 2021, à l’assemblée générale de Pont-d’Ouilly loisirs, le départ de la présidence de Jean-Marc Plessard sera officiel. À 69 ans, le président a décidé de laisser la place. « Je quitte la présidence, pas Pont-d’Ouilly loisirs. Je reste adhérent et bénévole à la section randonnée. Ça fait partie de ma vie », plaisante Jean-Marc Plessard.

Ouillypontain de naissance, le président est né dans la commune, à Saint-Marc-d’Ouilly. « Mes parents habitaient déjà là. Je suis très attaché au territoire. »

Je suis venu à pied, je repars à pied

Passionné de randonnée, « à pied, à VTT ou à cheval, depuis toujours ». Cette passion l’amènera au Foyer rural (Pont-d’Ouilly loisirs), basé à Pont-d’Ouilly (Calvados). « En 1985, j’ai pris la présidence de la section randonnée et la vice-présidence du Foyer rural », raconte Jean-Marc Plessard.

Au départ du président Michel Vaudorne, en 1990, « j’ai accédé à la présidence avec un break de 2000 à 2006, pour souffler après la construction de la base de loisirs ». En 2006, au départ de Marcel Lecoq, Jean-Marc Plessard reprend du service jusqu’en 2021.

Tolérance, bienveillance, confiance

Très ouvert aux autres, Jean-Marc Plessard a des convictions, « si on veut être président, on doit connaître et se faire connaître, savoir ce qui se passe autour ». Le président croit aux bienfaits de la stabilité, « ça aide au bon fonctionnement qui doit être basé sur la confiance comme avec trois hommes que j’ai côtoyés, Michel Vaudorne, Patrice Volard et Alain Thomas (ancien maire) », reconnaît Jean-Marc Plessard. Autres principes du président : « Se dire les choses, ne pas juger, écouter ».

L’association m’a appris beaucoup et fait grandir

En vingt-cinq ans, le Foyer rural a évolué, « en gardant l’esprit associatif. Comme sur un vélo, ne pas s’arrêter de pédaler, aller de l’avant, construire, observe le président. J’ai découvert la compta, le management. Aujourd’hui, l’association est saine, l’équipe salariée tient la route, on ne manque pas de bénévoles et on a 550 adhérents. »

Le pire pour Jean-Marc Plessard, « la querelle de voisinage qui dure depuis quinze ans, épuisant », et le meilleur ? « Des sessions connaissance de la France organisées par le ministère de la Jeunesse et des Sports en 1988, 1989 et 1990. Des jeunes de toutes nationalités, Russes, Polonais, Hollandais, Libanais, Anglais, Allemands pendant trois semaines. Des moments formidables à la rencontre d’autres cultures. »

Partager cette actualité :
Retourner à la liste des actualités