Paru dans la presse "Pont-d’Ouilly loisirs veut consulter les habitants"

Nouveau projet associatif pour Pont d'Ouilly Loisirs

Paru dans la presse : Ouest France - Lundi 11 septembre 2017

Dans le but de construire un nouveau projet associatif au plus près des besoins de la population, Pont-d’Ouilly loisirs va mener une enquête auprès des habitants.

Le projet

Vendredi soir, à la salle polyvalente, Élodie Cayot, responsable animation jeunes, présidait une réunion publique à laquelle les habitants et les élus étaient conviés.

« Le but de cette enquête est de répondre à un questionnement sur l’offre faite par Pont-d’Ouilly loisirs à la population, explique Élodie Cayot. Le projet associatif 2015-2018 arrive bientôt à terme, l’analyse des grilles d’entretien permettra d’ajuster l’offre à la demande. »

Entre 60 et 100 personnes seront interrogées

Élodie Cayot détaille la méthodologie de cet audit : « Il s’agit de réaliser des entretiens auprès d’un échantillon de la population. Les personnes seront choisies sur les listes électorales des quatorze communes participantes. »

Pont-d’Ouilly loisirs a souhaité toucher des personnes autres que les adhérents de l’association. Les maires seront sollicités pour la constitution de l’échantillon.

« Certains ne connaissent pas ce que propose Pont-d’Ouilly loisirs », ajoute André Lecoq, maire du Mesnil-Villement. Élodie Cayot espère avoir un échantillon représentatif, à partir de ce choix aléatoire, d’« entre 60 et 100 personnes ». Les entretiens seront réalisés chez les personnes ou dans un lieu neutre, selon leur choix. La démarche doit débuter en septembre par la préparation des questionnaires par des groupes de travail. Élodie Cayot a invité les participants à la réunion s’exprimer sur ce projet. Quelques interrogations sont posées à propos de l’échantillonnage.

« Je trouve que l’information ne passe pas toujours bien, pointe une personne dans l’assistance. Et il y a peu d’activités pour les enfants de moins de 6 ans. » Élodie Cayot acquiesce à propos des activités pour les plus petits. Quant au manque de communication, elle a souligné que cet axe faisait partie des priorités du projet associatif 2015-2018.

Partager cette actualité :
Retourner à la liste des actualités