Paru dans la presse "Au café de parents, on a parlé amour et sexualité"

Café de parents à la base de loisirs

Paru dans la presse : Ouest France - Mercredi 6 décembre 2017

Parler de sexualité et d’amour en famille, pas si simple. Échanger autour du sujet avec les enfants, c’est leur donner les moyens d’être réactif face à des situations inadaptées.

Vendredi soir, à la base de loisirs, le café de parents a réuni une vingtaine de personnes, essentiellement des femmes, venues écouter Marie-Pierre Dubois, psychologue. Le thème : comment parler d’amour et sexualité avec ses enfants ?

Tout dépend de l’âge, selon Marie-Pierre Dubois. Elle suggère d’utiliser l’opportunité d’un événement pour aborder le sujet. « Ça peut être à partir d’un film, de livres, voire de la téléréalité. Les ados sont critiques vis-à-vis de ces émissions, mais ils aiment en parler. Les comportements amoureux sont exagérés, ça peut susciter le débat. »

La psychologue donne d’autres pistes : « Une grossesse peut provoquer des questionnements chez les enfants. »

Partir d’une situation réelle

Utiliser une situation citée par l’enfant, « c’est une façon positive et rassurante d’aborder le sujet », d’après Marie-Pierre Dubois. « Parler avec des mots exacts, adaptés à l’âge, et différer si on n’est pas prêt ou faire appel à un tiers. Les questions arrivent n’importe quand », précise l’intervenante. Elle a aussi abordé la pudeur des ados. « Chez l’ado, la sexualité prend beaucoup de place. Frapper avant d’entrer dans leur chambre, c’est préserver leur intimité et leurs premières expériences », insiste-t-elle. De même, « nos relations intimes ne les regardent pas ».

L’objectif de Marie-Pierre Dubois, c’est de « savoir comment accompagner les enfants dans l’enfance, l’adolescence. Leur apprendre ce qu’est être consentant. Avoir la petite étincelle qui s’allume dans leur tête, devant une attitude inadaptée ». Le public s’interroge sur la nudité, l’accès à internet. « Suivant le contexte, ça peut ne pas poser de problème. Mais dans une autre situation, l’enfant n’aura peut-être pas l’étincelle. »

La psychologue insiste sur le fait de mettre l’enfant en situation virtuelle, sur internet : « Si un adulte voulait te montrer des photos de personnes nues, qu’est que tu ferais ? Qu’est-ce que tu en penses ? » Marie-Pierre Dubois illustre le propos par un tableau : « Ton corps t’appartient. Tu es en droit de recevoir des câlins ou des bisous ou pas. Tu dois demander la permission à l’autre. Pas de oui, pas de câlin. » Le but étant d’échanger pour protéger, sans forcément interdire, et de ne pas rompre la confiance.

Partager cette actualité :
Retourner à la liste des actualités